THEORIE DU GENRE A L’ECOLE PRIMAIRE

A-t-il été véritablement envisagé toutes les conséquences pour notre société française, dans 25 ans ? À commencer par nos petits élèves d’aujourd’hui …

 

Dans une société en perte de repères civiques, moraux, religieux, la théorie ou plutôt l’idéologie du genre ne va-t-elle pas accentuer cette situation ?

 

Des enfants dont, dès le plus jeune âge, l’identité sexuelle et tous les mécanismes de structuration qui l’accompagnent seront niés, ou déniés, peuvent-ils devenir des adultes équilibrés, structurés, épanouis, Homme ? (Cf le poème « Tu seras un homme, mon fils » Rudyard Kipling 1910)

 

Peut-on réduire ainsi l’être humain à une seule machine sexuée ne fonctionnant que sur des réactions chimiques ?

 

La volonté d’égalité des sexes, la suppression de stéréotypes dus à l’éducation familiale et culturelle, objectifs majeurs de cette idéologie, ne peut s’arrêter à l’anéantissement ou du moins une tentative d’anéantissement des différences physiques. L’Homme est un être humain avec une dimension intelligente, spirituelle et humaniste, incontournable.

 

Aussi cet enseignement dès l’école primaire et cette conception de la société de demain se révèle très réducteurs voire nihilistes.

 

À moins que la volonté de cette idéologie, sous couvert « d’égalité » et « d’évolution » ne soit un moyen de réduire un peu plus l’Homme à un morceau de viande, tout juste bon à consommer pour se nourrir et se reproduire …

Il est vrai qu’ainsi, il devient d’autant plus contrôlable … Ne plus réfléchir, ni penser, s’opposer, créer … simple, non ?

 

QUEL EST LE RÔLE DE L’ÉCOLE DANS CE CONTEXTE ?

 

L’école d’aujourd’hui doit-elle « formater » l’Homme de demain ? Est-ce là son véritable rôle ? Cette théorie, pour l’école primaire française ne sert-elle pas à créer un écran de fumée pour camoufler son incapacité à apprendre à lire, écrire et compter correctement à tous nos jeunes élèves?

Rappelons-le : 22% de nos élèves rentrent en 6ème illettrés … 140 000 d’entre eux sortent chaque année de notre système scolaire sans aucun diplôme … En quoi la théorie, idéologie, du genre va-t-elle améliorer cette situation ?

 

L’école ne doit-elle pas, avant tout, apprendre à lire, écrire et compter ? Ainsi qu’apprendre à apprendre, pour permettre aux élèves d’appréhender et de s’approprier n’importe quel nouveau sujet aisément, tout au long de leur vie ?

 

André Malraux (1901-1976) nous a laissé cette réflexion :

« … le 21ème siècle sera un siècle spirituel ou ne sera pas … » Nous comprendrons le mot « spirituel » ici dans le sens  relatif à l’esprit, à l’être.

 

Si nos enfants savent apprendre par eux-mêmes, ils pourront aussi réfléchir, se poser des questions sur la vie et la société, le monde, notre planète, faire des choix, en s’appuyant sur leurs identités et différences d’hommes et de femmes libres, avec leurs héritages familiaux, culturels et historiques.

 

Nier ces identités et différences ne peuvent faire progresser l’Homme dans son côté humaniste et spirituel.

L’école a-t-elle le droit de voler ces identités ?

De fabriquer une société d’êtres « robotisés », ne connaissant qu’une pensée unique ?

 

Quelle société pour demain ? Quel Homme veut-on ?

Publicités
Par défaut